Nous privilégions l’{humain} à la finance à {{Lomme}}

Retour à l'accueil
Programme

Politique en direction des ainés

{{Actuellement}}, les personnes âgées en perte d’autonomie perçoivent l’APA (Allocation Personnalisée pour l’Autonomie). L’ensemble des dépenses de ce type (soins, établissements spécialisés, allocation pour adultes handicapés …) représente plus de 50 milliards d’euros par an (1).
{La sécurité sociale finance cet ensemble à 80 %. Le reste est assuré par la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie), les collectivités territoriales (départements et communes essentiellement) et aussi par les bénéficiaires et leurs familles.} {{De même que pour les retraites où le principe de la répartition est mis à mal, ce système introduit le ver dans le fruit et bat en brèche la solidarité assurée par la « Sécu » : « de chacun selon ses ressources, à chacun selon ses besoins ».}} - En effet, la loi de finance pour 2014 présentée par le Premier Ministre prévoit une augmentation considérable des [difficultés pour les communes->htpp://google.fr] et les départements. Mécaniquement, le « reste-à-charge » des familles ne pourra qu’augmenter. Par ailleurs, du fait du [vieillissement de la population->72], on passerait de 50 à 80 milliards en 2040 (1). Ce ne serait donc qu’un début. Bien sûr, les droites, parlementaire et extrême, militent pour l’entrée en force des assurances individuelles, pour le plus grand bénéfice des banques.
Déterminés et combatifs
Le Parti Socialiste, comme toujours, hésite. Son discours reste partisan de la solidarité tandis qu’il songe à augmenter les impôts (2) pour mieux épargner les cotisations patronales. Rappelons que ces fameuses « charges » sont du salaire indirect, provenant très directement du travail des salariés. On passerait ainsi à la formule « de chacun selon ses moyens (s’ils les a) à chacun selon son compte en banque ». La vigilance s’impose face à cette remise en cause délibérée, pilotée par le patronat, des conquêtes de la Libération. Toucher à la Sécurité Sociale, c’est instaurer un véritable recul de civilisation. {(1) Evaluation extraite de différents rapports officiels (2) Par exemple, fusionner la CSG et l’impôt sur le revenu, instaurer une « TVA sociale »...} {{Propositions du Front de Gauche :}} -* Financement solidaire par la Sécurité sociale -* Suppression des restes à charge -* Création d’un grand pôle public de l’autonomie par un financement public {{On y parvient avec :}} -* • une revalorisation du taux de cotisation sociale patronale ; une contribution supplémentaire sur les revenus financiers des sociétés ; une majoration de cotisation sociale pour les entreprises de répondant pas à l’obligation d’embauche de personnes handicapées -* • une refonte de la taxe professionnelle qui assurerait une contribution réelle et équitable entre entreprises au développement social territorial ; une compensation intégrale de la dépense engagée par les départements et les communes au nom de l’Etat sur ses missions de solidarité nationale ; l’affectation des fonds de compensation de l’Etat actuellement versés au titre de l’exonération de cotisations patronales à un fond de développement national des services publics ; une nouvelle contribution de solidarité des ménages les plus riches dont une part serait affectée à la perte d’autonomie -* • le principe de la cotisation sociale pour le volet Sécurité sociale avec une prise en charge à 100% des frais -* • une fiscalité nationale et locale réformée et développée, dont l’objectif serait, parallèlement à la suppression progressive de la CSG et la CRDS, de ne pas faire peser sur les seuls ménages l’effort contributif -* • et surtout : une réforme de la cotisation sociale patronale en la modulant selon la politique d’emploi et de salaires de l’entreprise.

Les autres Thématiques

Recevoir l'infolettre de la campagne :

RSS
Front de Gauche

La liste Pour Lomme : l'Humain d'abord est un rassemblement citoyen pour une gauche combattive et écologiste dans notre région. Elle s'inscrit dans le cadre du Front de Gauche.
Elle est soutenue par les partis politiques suivants :